Dialogues : mieux vaut-il parler ou se taire ?

Si Woody Allen est célèbre pour ses longs dialogues, que dire du créateur de All is Lost, magnifique film où Robert Redford, seul en mer, ne parle presque pas ? Entre silences et longues diatribes où se trouve la vérité ? De longs discours valent-ils mieux que de brèves interlocutions ? Surtout, comment faire pour créer de bons dialogues ?

C’est à toute ces questions que nous allons consacrer l’article du mois.

Co-écrire : faut-il faire appel à un co-auteur (ou non) ?

Dans mes comptes rendus de lecture, j'ai souvent tendance à écrire que “Less is more”.

Moins, c'est mieux.

Ce qui est valable pour les éléments du script (des personnages au sujet sujet en passant par les pivots), l'est aussi pour le nombre d'intervenants qui sont engagés sur une oeuvre.

Less is more.

Moins, c'est mieux.

Pourquoi je vous dis ça ?

La semaine dernière, j'ai reçu un scénario d'auteurs connus. C'était une adaptation.

L'idée de départ était intéressante, le script semblait (et je dis bien semblait) tenir la route mais la mise en oeuvre était brouillon. Sujet difficile à distinguer, pas de couleur dominante, héros éteints et sans but. Le script peinait à trouver son identité.

Je m'interroge sur les raisons d'un tel échec : comment en est-on arrivés-là ?

La réponse me saute aux yeux en lisant la couverture : il y a trois auteurs. Soit trois manières de visionner l'histoire et tout autant de possibilités de créer des contresens, des maladresses ou une oeuvre atone.

Multiplier le nombre d'auteurs peut s'avérer être un mauvais choix.

Mais... pas tout le temps. L'association de plusieurs cerveaux peut, aussi, débloquer un script.

Alors que faire ?

Telle est la question à laquelle je vais tenter de répondre dans l'article du mois.

Calendrier des festivals, forums et marchés : 2019, deuxième moitié !

Chaque année, des centaines de festivals, marchés ou autres forums ont lieu de par le monde. Mais devant la quantité d'événements, pas facile de garder en mémoire les dates, les lieux ou les temps forts de chacune des manifestations.

Où aller ? Quel festival ou marché correspond le mieux à mon projet ? Où faire les (bonnes) rencontres ?

Pour le savoir, consultez le CALENDRIER GRATUIT des festivals, forums et marchés du film en 2019, partout dans le monde.  

Savoir tourner la page.

La semaine dernière, l’un des producteurs avec lesquels je travaille m’envoie un dossier volumineux. Un projet de film qu’il développe depuis des années avec l’un de ses plus proches auteurs.

Je lis le script, une fois, deux fois, trois fois pour vérifier ma première impression. J’hésite. Je connais l’auteur, son talent, je sais de quoi il est capable. Et je suis consciente du temps qui a été investi pour travailler sur ce script.

Mais voilà : le projet est plus que bancal, le concept inexistant ; le tout n’est pas digne d’un auteur professionnel.

Je rends mon verdict, envoie ma fiche, fais une pause. L’analyse ne va pas plaire. Elle va heurter, faire grincer des dents.

Et puis je pense au blog et à vous qui me lisez.

Cette situation du « projet qui s’enlise » n’est pas une première. Je la connais bien. Et je pense que vous aussi. Que vous soyez auteur ou producteur, vous avez sûrement vécu la même expérience, le même amour acharné, chronophage et coûteux pour une histoire qui s’épuise sans savoir quoi faire : l’abandonner ou lui laisser une énième chance ?

Et c’est à cette problématique que j’ai décidé de consacrer l’article du mois. Scindé en quatre parties, cet article a pour but de vous aider à prendre la bonne décision, aussi dure soit-elle.