Dialogues : mieux vaut-il parler ou se taire ?

Si Woody Allen est célèbre pour ses longs dialogues, que dire du créateur de All is Lost, magnifique film où Robert Redford, seul en mer, ne parle presque pas ? Entre silences et longues diatribes où se trouve la vérité ? De longs discours valent-ils mieux que de brèves interlocutions ? Surtout, comment faire pour créer de bons dialogues ?

C’est à toute ces questions que nous allons consacrer l’article du mois.

 

1. Dialogues secret sauce : que faire pour écrire de bons dialogues ?

 

  • De bons dialogues sont des dialogues qui ne peuvent être évités : Les dialogues ont-ils le droit de venir interrompre le silence et briser l'émotion ? Voilà la question que vous devez vous poser avant de faire parler vos personnages. Le cinéma étant un média visuel, vous devez vous rappeler que l’émotion passe en premier lieu par l’image et après par la parole. Si ce que s’apprête à dire votre personnage n’est pas informatif ou utile à l’avancée de la scène, le dialogue est à omettre. Surtout dans les drames ou autres films d’auteurs où l’ambiance se prête rarement à la jouxte verbale. Ceci étant, si pensez maîtriser les dialogues comme un certain Tarantino, vous n’êtes pas obligé de vous brider (pour cela, voir point 4). Mais êtes-vous Tarantino ? Telle est la question.
  • De bons dialogues ne paraphrasent pas l’image : A quoi reconnait-on un texte écrit par un amateur ? Au nombre de paraphrases que les dialogues contiennent. Paraphraser, c’est transformer en dialogue ce que le spectateur voit déjà sur écran, c’est dire « Il fait beau », alors que le ciel est bleu ou « Je veux te prendre le bras » quand celui qui parle tient le bras de son interlocuteur. Ce genre de phrases qui décrédibilisent et alourdissent le texte sont à éviter.
  • De bons dialogues sont propres aux personnages : Tous les individus s'expriment différemment. Certains s’expriment par périphrases, d’autres préfèrent les phrases courtes alors que les plus timides préfèreront le silence. Puisque le cinéma retranscrit la vie, vous devez donner à vos personnages une manière propre de parler. Quel est leur rythme de parole ? Quels mots/expressions/tics de langage utilisent-ils ? Vous devez le savoir.
  • Plutôt Woody Allen ou The Artist ? La vérité : à vous de voir. Je n’adhère pas à la norme Hollywoodienne qui dit que plus les dialogues sont courts, plus ils sont bons. En vérité, si vos dialogues sont excellents (j’insiste sur le mot excellent), fluides, utiles et qu’ils caractérisent vos personnages, vous êtes en droit de faire ce que vous voulez. Vous pouvez même utiliser les dialogues comme moyen d’expression ou pour véhiculer votre identité d’auteur.

 

2. Conseils pour écrire de bons dialogues :

 

  • Ecrivez les dialogues en dernier. Par souci d’efficacité, je vous recommande d’écrire les dialogues en dernier - soit une fois le séquencier terminé et validé. Pas avant. Si vous écrivez les dialogues avant d’avoir achevé la structure de votre script et que vous deviez changer certaines scènes, les dialogues devront être réécrits. Vous perdrez donc votre temps.
  • Identifiez le but de la séquence. Pour éviter de partir dans tous les sens, remémorez-vous le but de la séquence et n’en dérivez pas. Les dialogues doivent converger vers ce but. Pensez aussi à la hiérarchie de la séquence. Le personnage qui mène la danse aura plus de temps de parole que son interlocuteur. Il faut y penser.
  • Visualisez une partition musicale. Comme tout partition musicale, une scène est faite de crescendos, de diminuendos et traverse divers courants émotionnels. Imaginez la courbe émotionnelle de votre séquence et incorporez vos dialogues en fonction de la tonalité que vous souhaitez donner à chaque mesure. N’oubliez pas, non plus, de penser au démarrage et à la fin de votre scène. Sur quelle note, sur quelle couleur souhaitez-vous commencer/terminer la séquence ?
  • S’améliorer : peut-on mieux faire ? A chaque relecture de vos scènes, demandez-vous s’il n’y a pas une meilleure manière, plus drôle, plus intense, plus rapide, plus percutante de dire ce que vous avez envie de dire.
  • Répétez : lisez à voix haute. Pour savoir si l’échange entre vos personnages est fluide, répétez votre texte à voix haute. Changez les parties qui sonnent faux.

 

Merci d'avoir lu cet article, j'espère qu'il vous sera utile. Pour consulter les autres articles du blog, c'est par ici :

→ Que doivent contenir les 10 premières pages de votre script ?

→ Comment trouver des idées de film ?

→ Top 4 des erreurs que je rencontre le plus souvent dans les scénarios !